Nouvelles chutes de briques sur la grand-place de Cambrai

313 appréciations
Hors-ligne
Les portes de la Mie câline et de la parfumerie Nocibé sont restées closes ce mardi et le resteront au minimum toute la journée. Lundi soir, plusieurs éléments de deux cheminées sont tombés sur le trottoir et une partie de la chaussée de la place Aristide-Briand.

Par chance, aucun blessé n’est à déplorer. L’alerte a été donnée par des passants vers 20 h 15 après la chute de premières pierres. Les pompiers ont immédiatement mis en sécurité les lieux et fait tomber les éléments menaçants sur la toiture des immeubles de la Mie câline et de Nocibé. Des barrières ont été installées, interdisant  l’accès aux deux commerces et au trottoir.

La circulation ne se fait plus que sur une voie sur la grand-place, alors que les manèges poursuivent leur installation. «Nous venions de fermer, confie Mme Chatem, la patronne de la Mie Câline, sur place ce mardi matin. Je suis restée jusqu’à 1h cette nuit. C’est impressionnant, mais l’essentiel est qu’il n’y ait pas de blessé.»

Ce mardi, une dizaine de salariés se sont donc retrouvés au chômage forcé. «Nous ne savons pas si nous pourrons rouvrir demain, nous attendons d’en savoir plus», note Mme Chatem.

Vendredi déjà, des éléments de la cheminée située sur l’immeuble de la parfumerie étaient tombés et avaient nécessité l’intervention des pompiers.

Ce mardi, la Ville a mandaté un architecte. Le périmètre de sécurité sera levé en fonction de son diagnostic. «Nous allons faire vérifier les cheminées de toute la place», rassure Claude Lévêque, adjoint au maire, qui est aussi le Monsieur fête foraine, qui débute jeudi.


Source : La Voix du Nord - Publié le 11/08/2015

151 appréciations
Hors-ligne
De pire en pire 

30 appréciations
Hors-ligne
Suite et fin de l'histoire

Après dix-huit jours de fermeture, les deux commerces de la grand-place rouvrent leurs portes ce samedi matin. Les immeubles sont sécurisés, le péril imminent est levé, mais les travaux devront encore être réalisés le mois prochain. Les vingt-deux salariés des deux enseignes peuvent retrouver leur boutique.

La décision a été prise hier soir. «L’activité économique peut reprendre, car le péril imminent est levé», explique Laurent Blas, directeur des services techniques municipaux. Les façades ont été sécurisées et les vingt-deux salariés des deux enseignes fermées depuis dix-huit jours peuvent retrouver leur boutique.

Le lundi 10 août, la catastrophe avait été évitée de justesse. Vers 20 h 15, plusieurs éléments des façades étaient tombés sur le trottoir. Par chance, aucun blessé n’était à déplorer. Les pompiers avaient mis en sécurité les lieux et fait chuter les éléments menaçants des trois immeubles de Nocibé, la Mie câline et Eram.

Face à la menace constituée, la Ville décidait la mise en place d’une procédure d’urgence et prenait un arrêté de péril imminent. La Mie câline et Nocibé ne pouvaient pas rouvrir leurs portes.

Eram pouvait maintenir son magasin ouvert, bénéficiant d’une entrée côté avenue de la Victoire. Un sacré coup dur en pleines fêtes du 15 Août, mais une mesure nécessaire.

Les propriétaires alertés, le temps de la nomination d’un expert, de son passage, du rendu de son rapport, l’urgence était d’assurer la sécurité pour la réouverture des commerces. Viendra ensuite, dans le mois, le temps de la restauration, qui sera réalisée par l’entreprise spécialisée Lottiaux.

Viendra aussi le temps des indemnisations pour les deux enseignes. «Propriétaires, experts, assurances, tout le monde semble très réactif», constate, avec satisfaction Mme Chatem, la patronne de la Mie câline, dont les onze salariés se sont trouvés au repos forcé durant les dix-huit jours de fermeture. En attendant les deux patronnes sont ravies de retrouver leurs clients. «On commençait à trouver le temps long. On a reçu plein de messages sympathiques de nos clients qu’on a hâte de retrouver !»

Face à ces chutes de pierres, qui ne sont pas les premières dans le centre-ville, François-Xavier Villain a décidé d’écrire à tous les propriétaires. «Beaucoup sont en mauvais état, leur entretien est nécessaire. On n’est pas passé loin de la catastrophe.»


Source : La Voix du Nord - Publié le 28/08/2015
Ce sujet est fermé, vous ne pouvez pas y répondre
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie

NOCIBÉ DANS LES MÉDIAS.

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres

Liens utiles : La CGT | CGT Commerce et services | CGT Commerce et services de Paris | CGT Commerce Parfumerie | Ministère du Travail | Inspection du travail de Paris | Legifrance | Village de la justice | Service-Public.fr | Fongecif IDF | Compte Personnel de Formation | L'Assurance Maladie | Mercer (Mutuelle) | Vauban Humanis (Retraite) | Solendi | Vilogia | Et voilà le travail | Harcèlement Moral Stop | Stop harcèlement de rue | Syriel | Comité d'entreprise

Forum | Newsletter | Mentions légales | Conditions générales d'utilisation | Plan du site | ©copyright 2014-2017 CGT Nocibe


Recommander ce site | Contact | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion